Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > La Ligue arabe demande à l’ONU un État palestinien

La Ligue arabe demande à l’ONU un État palestinien

jeudi 14 juillet 2011, par La Rédaction

La demande d’adhésion des Palestiniens aux Nations unies sera soumise par la Ligue arabe, a annoncé, jeudi à Doha, le chef de l’organisation panarabe, Nabil al-Arabi. Celui-ci donnait lecture d’un communiqué sanctionnant une réunion du comité de suivi arabe qui s’est réuni en présence du président palestinien Mahmoud Abbas et sous la présidence du Qatar. Le comité a pris l’engagement de travailler pour "assurer un soutien international à une reconnaissance d’un État palestinien dans les limites des frontières de 1967 et ayant pour capitale Jérusalem-Est".
Le négociateur palestinien Saëb Erakat a déclaré en marge de la réunion que 117 pays reconnaissaient déjà l’État palestinien et que la rencontre de Doha allait tenter d’élargir cette reconnaissance. Nabil Abou Roudeina, porte-parole de Mahmoud Abbas, a pour sa part affirmé que les Palestiniens étaient déterminés à obtenir une reconnaissance d’un État "avec ou sans veto américain". Mercredi, Saëb Erakat a appelé, au nom des Palestiniens, les États-Unis à revenir sur leur décision d’opposer un veto à l’adhésion d’un État de Palestine. Il a par ailleurs jugé vaine toute reprise des pourparlers sans acceptation par Israël des lignes de 1967 comme base de négociations, comme l’a énoncé en mai le président américain Barack Obama.
"À la suite de la réunion du Quartette (lundi à Washington), nous avons exhorté les États-Unis à revoir, réexaminer, reconsidérer leur position à l’égard de notre tentative d’obtenir l’adhésion de la Palestine à l’ONU", a-t-il indiqué lors d’un point de presse à Ramallah, en Cisjordanie. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et les chefs de la diplomatie américaine Hillary Clinton, russe Sergueï Lavrov et de l’Union européenne Catherine Ashton ont renoncé à publier une déclaration après la réunion de leurs conseillers en raison de l’écart entre les parties, selon Washington.
"Les Américains nous ont dit à maintes reprises qu’ils utiliseraient leur veto au Conseil de sécurité contre notre demande d’adhésion, et nous avons été prévenus que, si nous poursuivions dans cette voie à l’assemblée générale de l’ONU, il y aurait des conséquences", a ajouté Saëb Erakat. "Sans l’approbation du Conseil de sécurité, nous ne pouvons obtenir l’adhésion via l’assemblée générale, que nous recueillions deux tiers des voix ou même 100 %. Ce que l’on peut obtenir de l’assemblée générale, c’est une résolution qui élèvera notre statut à l’ONU d’observateur à État non membre", a-t-il reconnu.
"Nous voulons entendre de la bouche du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou j’accepte le principe de deux États sur les lignes de 1967", a dit Saëb Erakat, estimant toute reprise des pourparlers inutile sans cette référence, soutenue par la communauté internationale.

(Jeudi, 14 juillet 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2