Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Bahreïn > Bahreïn : une centaine de prisonniers politiques libérés

Bahreïn : une centaine de prisonniers politiques libérés

mercredi 23 février 2011, par La Rédaction

Plusieurs milliers de manifestants ont marché vers la place de la Perle à Manama, capitale de Bahreïn, après la libération mercredi d’une centaine de prisonniers politiques par les autorités, confrontées à un large mouvement de contestation.
La liste des détenus libérés par le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa inclut 25 militants chiites jugés depuis l’an dernier pour complot contre l’Etat. Un geste de clémence qui semble démontrer la volonté de la monarchie sunnite d’ouvrir des discussions avec les dirigeants de la contestation.
Les autorités ont annoncé dans un courriel que 308 détenus avaient été libérés mercredi. Les prisonniers politiques ne sont toutefois qu’une centaine parmi eux, et au moins 300 restent en détention, a précisé le président du Centre bahreïni pour les droits de l’homme, Nabil Rajab.
La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a salué la décision du roi de libérer les prisonniers et d’"initier un dialogue significatif avec toutes les composantes de la société bahreïnie".
Le roi a également suspendu les procès des 25 militants chiites, dont celui de Hassan Meshaima, figure de l’opposition vivant en exil à Londres, qui était jugé par contumace. Déjà annoncé pour mardi, le retour de Meshaima à Bahreïn était présenté comme imminent par ses partisans.
Mais son fils, Ali Meshaima, a déclaré à l’Associated Press mercredi que son père se trouvait au Liban en raison de questions sur l’attitude des autorités de Bahreïn à son égard. Son retour pourrait renforcer les tenants d’une ligne dure contre la dynastie des Al-Khalifa, au pouvoir depuis 200 ans. Le mouvement de Meshaima, le Haq, est considéré comme plus radical que la coalition chiite qui a joué jusqu’ici un rôle central dans la révolte et souhaite l’établissement d’une monarchie constitutionnelle.
Sur fond de craintes d’une éventuelle contagion de la contestation à l’Arabie saoudite voisine, les médias officiels de Bahreïn ont annoncé que le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa était à Riyad pour s’entretenir de la situation avec le roi Abdallah d’Arabie saoudite.
Comme le petit Bahreïn, l’Arabie saoudite compte une importante population chiite qui se plaint d’être opprimée par ses gouvernants sunnites. Les chiites représentent environ 70% des 525.000 citoyens de Bahreïn.

(Mercredi, 23 février 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2