Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Tunisie > Tunisie : des manifestants réclament le départ du nouvel ambassadeur de (...)

Tunisie : des manifestants réclament le départ du nouvel ambassadeur de France

samedi 19 février 2011, par La Rédaction

Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés samedi matin devant l’ambassade de France à Tunis pour réclamer le départ du nouvel ambassadeur de France Boris Boillon qui vient à peine de prendre ses fonctions, a-t-on constaté sur place.
Des participants l’accusent d’avoir eu "un comportement insultant" lors de la première conférence de presse qu’il a donnée jeudi dernier, tandis que d’autres réprouvent son affectation "contraire aux usages diplomatiques".
"La Tunisie, tu la respectes ou tu dégages", "Colonialiste dégage", "tu pousses trop loin le bouchon Boris", "Michèle Alliot-Maie et Boris Boillon la honte pour la France", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants.
"Boris Boillon dégage", "Boris lâche, le peuple tunisien ne sera pas humilié", "valets de l’impérialisme, levez vos de la cause"(tunisienne), scandaient les manifestants rassemblés devant le siège de la mission diplomatique française située sur l’avenue Bourguiba, la principale artère de la capitale.
Ancien conseiller du président Nicolas Sarkozy, le jeune diplomate âgé de 41 ans, qui avait été en poste en Irak, a succédé depuis à peine une semaine à Pierre Menat, rappelé après seulement un peu plus d’un an d’exercice, en plein soulèvement qui a conduit à la chute du régime du président Zine El Abidine Ben Ali.
Selon Ridha Amara, un pharmacien de 58 ans, le mot d’ordre de cette manifestation a été donné à travers le réseau social Facebook.
"La nomination de Boris Boillon a eu lieu sans discussion préalable avec le gouvernement tunisien", a avancé ce pharmacien, 58 ans. A ses yeux, "cela signifie que c’est plutôt un résident général de France et non pas un ambassadeur et qu’on est revenu à 1954 (sous le protectorat français)",
Pour Hichem Khanfir, enseignant la soixantaine, accusait le diplomate "d’avoir insulté les Tunisiens". "Il a poussé de la main le micro d’une journaliste qui l’interrogeait en lui disant ’c’est lamentable’", a-t-il déploré.

***

Des centaines de manifestants "pour une Tunisie laïque"
Des centaines de personnes manifestaient samedi à Tunis "pour une Tunisie laïque", au lendemain d’incidents impliquant des islamistes qui ont attaqué une rue dédiée à la prostitution et de la découverte du corps d’un prêtre égorgé. "Pour un pays laïque", scandaient les manifestants mobilisés après un appel sur Facebook. "Arrêtez vos actes extrémistes", "Pour une Tunisie laïque", "Laïcité = liberté et tolérance", pouvait-on lire sur des panneaux brandis dans la foule rassemblée sur l’avenue Habib Bourguiba, haut lieu de la contestation qui a provoqué la chute du président Ben Ali. "Nous avons appelé à cette manifestation pour montrer que la Tunisie est un pays tolérant qui refuse le fanatisme et afin de renforcer la laïcité en Tunisie dans la pratique et dans la loi", a déclaré un blogueur de 29 ans, Sofiane Chourabi.

***

Le mouvement islamiste Ennahda condamne à son tour le meurtre du prêtre polonais
Le principal mouvement islamiste en Tunisie, Ennahda, a "vivement" condamné samedi le meurtre d’un prêtre polonais, retrouvé égorgé la veille près de Tunis, estimant qu’il s’agissait "d’une manoeuvre pour détourner les Tunisiens des objectifs de la révolution tunisienne". "Nous dénonçons ce qui s’est passé et nous condamnons tous ceux qui sont derrière. Nous appelons les autorités tunisiennes concernées à découvrir les réelles circonstances de ce meurtre et à trouver les gens qui l’ont commis pour éclairer l’opinion publique", a déclaré le président de l’assemblée fondatrice du mouvement Ennahda (Renaissance), Ali El-Aryath. Il a ajouté qu’il ne souhaitait pas que "tous les islamistes soient mis sur le même rang".

(Samedi, 19 février 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2