Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Maroc > HOMMAGE Abraham Serfaty, l’homme inlassablement juste, nous a (...)

HOMMAGE
Abraham Serfaty, l’homme inlassablement juste, nous a quittés.

jeudi 18 novembre 2010, par La Rédaction

Nous apprenons le décès d’Abraham Serfaty. A ses proches et amis "Al-Oufok" et "Assawra", présentent leurs sincères condoléances.

Abraham Serfaty : « Le sionisme est avant tout une idéologie raciste. Elle est l’envers juif de l’hitlérisme [...] Elle proclame l’Etat d’Israël "Etat juif avant tout", tout comme Hitler proclamait une Allemagne aryenne. »

Né à Casablanca (Maroc) en 1926 et mort à Marrakech le 18 novembre 2010, Abraham Serfaty est un indépendantiste marocain qui s’illustra plus tard par la durée de son séjour dans les prisons du roi Hassan II et son témoignage sur ce qu’il y a vécu.
Issu d’une famille juive tangéroise, militant communiste marocain dès 1944 et lors de son séjour en métropole dans les rangs du PCF de 1945 à 1949, il s’engage ardemment pour l’indépendance de son pays, ce qui lui vaut d’être emprisonné en 1950, et placé en résidence surveillée en 1956.
Ingénieur des mines de formation, il participe ensuite à la mise en place des institutions de l’État marocain, à des postes plus techniques que politiques, dont celle de l’enseignement à l’École Mohammadia d’Ingénieurs. En 1970, il rompt avec un Parti communiste marocain (actuel PPS Parti du progrès et du socialisme) qu’il considère comme trop sclérosé et contribue à la fondation de l’organisation d’extrême gauche Ila Al Amame (En avant) (actuellement La Voie démocratique, An-nahj Ad-dimoukrati).
Arrêté et torturé par le régime de Hassan II en 1972, il entre ensuite dans la clandestinité. Sa nouvelle arrestation en 1974, durera jusqu’en septembre 1991, date à laquelle Serfaty est privé de sa nationalité marocaine à cause de sa position à l’égard de la "marocanité " du Sahara. En soutenant l’autodétermination du peuple sahraoui, il a été expulsé du territoire marocain après avoir purgé dix-sept ans de prison ferme. En septembre 1999, il est autorisé par le nouveau roi MohMarrakechammed VI à rentrer au pays, et sa nationalité marocaine est reconnue officiellement et sans contestation possible.
Abraham Serfaty, comme d’autres Juifs séfarades, par exemple Ilan Halévy ou Henri Curiel, se veut antisioniste. Dans Ecrits de prison sur la Palestine, il écrit « Le sionisme est avant tout une idéologie raciste. Elle est l’envers juif de l’hitlérisme [...] Elle proclame l’Etat d’Israël "Etat juif avant tout", tout comme Hitler proclamait une Allemagne aryenne. ».

Bibliographie

(Avec Mikhaël Elbaz) L’Insoumis, Juifs, marocains et rebelles, Desclée de Brouwer, 2001, ISBN 2220047245
Le Maroc du noir au gris, Syllepse, 1998, ISBN 2907993895
La mémoire de l’autre, Stock, 1993, ISBN 9954419004
Dans les Prisons du Roi - Écrits de Kénitra sur le Maroc, Éditions Messidor, Paris, 1992, ISBN 2209066409
Écrits de prison sur la Palestine, Éditions Arcantère, 1992, ISBN 2868290590. Éditions Rahma, Alger,1992.
Lutte anti-sioniste et Révolution Arabe (Essai sur le judaïsme marocain et le sionisme), Éditions Quatre-Vents, 1977, ISBN

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2