Al-Oufok

 

Site du Mouvement démocratique arabe

"Résister à l'occupation, c'est vivre libre"

 

الأفق

 

 

Demande d'inscription à notre liste de diffusion 

 

 "Assawra"

 

à l'adresse:

inscription@assawra.info

 

Thème de septembre 2010 :
Benjamin Nétanyahou exige que les Palestiniens reconnaissent Israël "comme l’Etat du peuple juif"
Qu’en pensez-vous ?

vendredi 3 septembre 2010, par La Rédaction

Apartheid

Je ne comprends vraiment pas grand chose est-ce que benjamin Netanyahou veut que la Palestine quand elle sera un Etat totalement indépendant reconnaisse Israël en tant qu’ Etat d’Israël (maintenant qu’Israël se reconnaisse tout seul comme juif.... ça ce sera son problème, mais : "Etat du peuple juif" de quel peuple parle-t-il ??????)
est-ce que B. Netanyahou parle des Palestiniens israéliens, qui vivent en Israël, on les voit mal se reconnaître comme citoyens d’un Etat du peuple juif uniquement..... israël même quand il espérait auparavant se faire reconnaître un "vernis" de démocratie, niait l’existence de la moitié de sa population
je ne comprends pas cette question - qui doit être importante ?- dans les termes où elle est posée, il faut dire que je ne suis pas tres formée politiquement, mais de telles monstruosités ne sont-elles pas à l’image d’un système violemment "apartheid" qui ne se maintiendrait que par la violence de la négation et de la destruction de sa population ?

Rezine Magali
Vendredi, 03 septembre 2010

Les conditions pour participer au débat sur : Lien

***

C’est indiqué -JUIF-

"Mais alors, comment feront-ils ?"
"faire quoi ?"
"comment vont-ils reconnaître qu’un individu est citoyen israélien ?"
"c’est sur sa carte d’identité... c’est indiqué -JUIF-"
"mais s’il est de religion juive mais citoyen français, juste en transit... j’ai vérifié, y a aucune religion d’indiquer sur le passeport français"
"en transit vers où ?"
"la Palestine"
"...!?"

Al Faraby
Jeudi 02 septembre 2010

***

"Nos conditions, sans conditions..."

Même dans la logique de deux Etats, celle proposée par Arafat en 1988, l’Etat d’Israël ne peut être l’Etat du peuple juif dans la mesure où 20% de sa population n’est pas juive si on donne à ce terme la
définition nationale du sionisme. C’est cela que les sionistes ne
veulent pas comprendre, y compris ceux d’entre eux qui se disent de
gauche et se donnent bonne conscience en clamant "Etat juif et
démocratique".
Mais la position de Netanyahou est simple : négociations sans
conditions signifie que les conditions imposées par Israël soient
acceptés, sans conditions !!!

Rudolf Bkouche
Jeudi 02 septembre 2010

***

D’abord le "peuple juif", c’est une construction intellectuelle.

Quel lien y a-t-il entre des juifs "mizrahis", "ashkénazes", "falashas"
On peut parler au pluriel de peuples juifs (au pluriel) ayant une communauté de destin liée à la religion mais sûrement pas de "peuple juif" (au singulier). Voir l’excellent livre de Shlomo Sand "Comment le peuple juif fut inventé ?"
Après, il faut rappeler que le seul Etat Français de l’histoire, ce fut Vichy. Tout Etat qui se définit sur des bases communautaires, religieuses ou raciales est une monstruosité. Les 20% d’Israéliens qui ne sont pas juifs sont des étrangers dans leur propre pays. Voir le sort des Bédouins du Neguev qui, 62 ans après la création d’Israël, vivent en majorité dans des bidonvilles en plein désert, sans eau, sans route, sans électricité. Dès qu’ils construisent en dur, on rase leur village.
L’Etat Juif, c’est un cauchemar pour les non-juifs de cet Etat, c’est un cauchemar pour tous les Palestiniens condamnés à vivre dans des bantoustans ou à rester éternellement des réfugiés en exil. C’est aussi un cauchemar pour tous les Juifs qui, partout dans le monde, se sont battus pour l’égalité des droits et la citoyenneté et qui sont sommés d’être complices d’un Etat criminel, faute de quoi, ils sont déclarés traîtres.
Quelle que soit la solution : un Etat ou deux Etats, cela ne pourra être que la société de tous ses citoyens avec une égalité totale : juridique, politique, économique.

Pierre Stambul
Jeudi 02 septembre 2010

***

Le vrai danger

Comment peut-on exiger des Palestiniens de reconnaitre Israel comme état juif quand on sait que plus de la moitié de la nouvelle génération se considère être Israélien et NON Juif.
On sais qu’Israël est bien capable d’expulser des enfants de son territoires parce que non-juifs. Mais que comptent-ils faire des enfants de père juif mais de mère x ? Briser des familles.
Ca nous arrangerait bien que « le seul état démocratique » du Moyen-Orient agisse ainsi . Au moins le monde, s’il trouve que tuer des bébés arabes c’est normale, se réveillerait quand il verra qu’ils expulsent les leurs.
Mais bon, tant que les Palestiniens auront M. Abbas comme représentant il risque bien d’avoir un jour ou plus personne ne saura même ce qu’est l’Autorité Palestinienne.
Le vrai danger n’est pas que ce soit un état juif mais bien un état juif SIONISTE !!!!!

Samira Doukkali
Jeudi 02 septembre 2010

***

Entre mythes et chimères

Lorsque l’État veut s’octroyer le monopole de la représentation du peuple, il créé des chimères démagogues qu’il pousse vers un paroxysme chauvin et qui l’investissent aux yeux du p’tit peuple de cette mission qui le dote des outils nécessaires à l’entretien desdites chimères, donc dudit monopole.
Plus fort encore, l’État fasciste génère sur la base de préjugés ethniques des politiques expansionnistes alimentant un comportement belliqueux « tout à fait justifié dans la mesure où il sert de grandes idées non seulement pour l’ethnie supérieure mais aussi (ben tiens !) pour les misérables races inférieures ».
Les fondateurs de l’entité d’Israël ont eu la tâche plus difficile, l’État lui-même dont ils se voulaient les fondateurs n’était que le miroitement chimérique d’une terre inlassablement promise qui mettrait à l’abri un peuple infatigablement élu, avec à la clef une mission divine (une de plus), celle de créer au milieu du désert de despotisme et de dictature une oasis de démocratie ! Les promoteurs (impérialistes) de l’entité d’Israël pour lesquels sa mission était tout autre, à savoir créer un épicentre de mégaconflit qui engloutirait tous les efforts d’émergence ou d’émancipation des peuples de la région et dont ladite promotion se faisait à coup d’Auschwitz et de Buchenwald, n’ont même pas eu à choisir entre efficacité et démocratie ils avaient depuis toujours opté sans la moindre hésitation pour l’efficacité. De telle sorte que, les prétextes de prolongation du conflit se faisant rares (face à l’acceptation claire, sans équivoque et instantanée, pour ne pas dire anticipée, des Arabes pour tout exigence occidentalo-Israélienne), on en soit arrivé à cette nouvelle donne plus mythique que jamais.
En effet comment un « État du peuple juif » pourrait-il l’être en exclusivité si dans quelques années les « Israéliens arabes » (et a fortiori les Israéliens non juifs) y seront majoritaires, par le simple avantage de croissance démographique, ce qui en dit long sur la disposition d’Israël à appliquer les résolutions internationales sur le droit des réfugiés palestiniens au retour ?
Par ailleurs si cette exigence de reconnaissance de l’entité d’Israël comme tel (i.e. : « État du peuple juif ») est un préambule à la déportation en masse dans un but d’épuration ethnique, comment pourrait cette entité prétendre au statut d’État démocratique même en caricature, même dans le plus étourdi de mondes ?
En conclusion, nous pouvons diviser les États démagogues selon leur dynamique « discours-masses populaires », en trois catégories : les États hypernationalistes (dits chauvins) à la dynamique centripète ; les États ultranationalistes (dits fascistes) à la dynamique centrifuge ; et enfin les États mythico-chimériques en éternel projet à la dynamique en vortex.

Manaf SAÏHI
Jeudi, 02 septembre 2010

Les conditions pour participer au débat sur : Lien

Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
 

 

Copyright © 2009 Al-Oufok – Tous droits réservés.